Est américain en Harley

The French dream by Westforever

Un trip féerique aoûtien en Harley dans l'est américain, l'incontournable Québec et une partie du géant Canada. T'as beau te dire que t'as l'air aussi cul cul qu'un touriste visitant la tour Eiffel force est de constater que ce n'est pas de l'ordinaire qu'on nous sert ici. Un trajet genre traversée de la Normandie mais des fins d'étape loin de Lisieux (sans jeux de mots SVP). Le st Laurent et ses baleines, des arabesques spectaculaires en hydravion, les chutes du Niagara, la très sécrète usine C.V.O. d'Harley Davidson, l'étonnant Orange County Chopper, etc etc. Ce n'est pas, bien sur, l'océan de couleurs de l'ouest américain mais dépaysant et enrichissant au possible. De plus la chance était de notre coté avec un équipe de 22 bipèdes des plus agréables et attentionnés, et un guide, Philippe, qu'on ne présente plus, un généreux d'une intarissable richesse.

PS: soyez indulgent pour la qualité des photos pas facile en roulant.



Boston le départ

C'est chez le regretté Bruce Rossemayer (oui oui celui de Daytona) à Boston ( photo ci-contre) que nous enfourchons nos bécanes pour un run de 4200 kms. Nous sommes déjà déconnectés de notre réalité quotidienne et fonçons plein Nord vers le St Laurent avec la traversée du Maine (casque non obligatoire), Salem et ses sorcières, Portsmouth, Portland, Belfast, on est chez les rosbifs, la Nouvelle-Angleterre. Tout est vert, des gazons au cordeau, clôtures inexistantes, des chapelles en excès et des drapeaux étasuniens plantés dans presque toutes les bicoques, pour affirmer leurs identités? Après une arrivée tardive à Belfast et un repas chinois succulent, le seul a nous avoir servi à 20 h 30, c'est gros dodo au Confort Inn. A noter qu'ici on s'alimente à 17 h et à 20 h personne ne vous sert même pas à votre hôtel en arrivant à 23 motards. Carton rouge au Confort Inn, mention bien au Chinois situé en face de l'hôtel.

Frontière USA-Canada

Après un french breakfast direction Presqu'île. La colonne ne se disperse pas trop, peur de se perdre? prise en main de la bécane? ou simplement paresse? va savoir. Toujours est-il qu'il n'est pas désagréable de rouler avec un groupe aussi sympathique. On passe à coté de Woodstock (ne pas confondre avec le "peace and love") et on monte toujours vers la frontière canadienne. La courte nuit dernière associée à toutes ces forêts a tendance a me donner l'énergie de Doc Ginyco et je me place en serre file pour roupiller un peu, plus sécurisant pour le groupe de roulants sauf pour ma femme derrière. Ce trajet-là me fait voir et sentir une Amérique encore bien ancrée dans la crise. On se perd un peu et une jeune Harleyiste supercool avec ses tatanes et sans casque nous accompagne pour nous remettre sur la voie. L'arrivée vers la frontière est surprenante, un hôtel très cosy en pleine forêt où nous attend un barbecue géant offert par les "alsacos" de Westforever.

Merci a cette jeune harleyiste de nous avoir remis sur la voie et en français svp.

Le Saint Laurent

Le lendemain sera une journée canadienne avec traversée du spectaculaire St Laurent à "rivière du loup" et entrée très sympathique dans la province du Québec, seule province a être exclusivement Française. Tu as l'impression d'être chez toi. Fini les miles mais des km, faut adapter nos compteurs US en multipliant par 6 et ça marche. Si t'as pas fait math sup tu prendras une prune. L'étape sera St Siméon au bel hôtel Belvédère avec vue sur la petite mer qu'est en fait le St Laurent. On tombe dans une chambre avec glace déformante au plafond hilarant au possible.

Les baleines

Ce matin après le café au lait confiote tartine tradi on part copiner avec les baleines dans un zodiac où quiché comme des sardines on essaye d'entrevoir le bestiau pour immortaliser l'événement. On ne sera pas déçu, grandiose, on a presque envie de se baigner avec, tellement l'avancée de ces géants des mers est pacifique. Pas de sursaut écolo, la photo ci-contre est prise au téléobjectif le zodiac en fait est à 200 m. Les baleines sont protégées ici et le Saint-Laurent est leur Mac Do, bien que quelquefois le nombre de bateaux frise la ruche. Exagération commerciale? C'est certain, et c'est regrettable. Pour nous ce fut une journée unique et riche d'enseignements, surtout pour moi qui n'avait jamais vu plus gros qu'un poisson pané. Comme pour nous punir le ciel se met a nous balancer des trombes d'eau et l'arrivée sur la ville de Québec restera folklorique pour tous. L'hôtel choisi ,au design étonnant, porte le nom de Pur. Le "décorum classe".

Quebec ville

On se la joue touriste endimanché, reflex en bandoulière, dans la vieille ville de Québec qu'on a trouvé somptueuse. Pour les nuls en histoire faut savoir que le Québec a été crée par un Français, Champlain, dont la statue trône fièrement tout en haut de la ville et les Québécois en sont fiers (photo ci-contre). Je n'en dirais pas autant des 80% de canadiens restants, complètement anglophone et pas très reconnaissant envers le french navigateur Jacques Cartier qui les a découvert et donné leur nom de Canada. Non mais!
C'est le sixième jour que nous repassons aux States à Newport très exactement avec nos brêlons aussi sales qu'un camion poubelle. On se regroupe pour aller se restaurer au bord d'un splendide lac, les plus courageux à pied, les plus fainéants, dont je fais évidemment partie, en bécanes.

Hôtel Newport city, motel grand et confortable.

L'Adirondack

Adirondack en hydravion

Aujourd'hui c'est journée hydravion à Inlet. Après prise de possession d'étonnantes chambres "boisées" nous filons survoler le parc d'Adirondack avec des engins volants à peine identifiés à moteur sensiblement égal aux tondeuses à gazon. Ça c'est la vraie aéronautique d'époque. Maman! Tu flippes au décollage à l'amerrissage et en vol, tu te demandes si l'engin ne va pas se désintégrer. Le pilote est trois fois retraité certainement de l'escadrille des têtes brûlées. Bien que dans ce cas de bûcherons à la retraite et à part pour le bon vin l'âge ne compte pas. Il fallait le faire on l'a fait, le résultat au-delà de nos espérances, vue du ciel l'Adirondack est féerique. Heureusement que la durée n'allait pas au-delà de 30 minutes mon petit déjeuner aurait certainement rénové les instruments de bord. L'hôtel à Inlet "the woods inn" étonnant tout en boiseries empruntées à la forêt avoisinante, dépaysant. Je vous conseille son restau, sa viande et son Chardonnay blanc. On essaie de prononcer "one glass White wine please" pas facile on prend donc carrément la bouteille. Á voir dans ce bled une faune super riche ce qui est une évidence avec pas moins de 3000 lacs. Pousser jusqu'à Old Forge, petite ville plus vivante.

Chutes du Niagara

Chutes du Niagara

Aujourd'hui c'est Niagara falls. On pose nos bagages à Mount Morris pour 2 jours a l'hôtel Country Inn. 160 bornes plus tard on repasse la frontière canadienne, car faut voir les chutes côté canadien c'est plus sympa. A part les chutes du Niagara qui sont réellement prodigieuses, le tourisme de masse est ici super présent, tu as l'impression d'être à Disneyland, sans compter les tracasseries douanières dans les deux sens et les files d'attente interminables qui arrivent a exaspérer les plus cool des vacanciers. Fallait les voir une fois dans sa vie, c'est fait! je n'y reviendrais certainement pas. Après les chutes retour à Mount Morris puis Lewisburg et Lancaster,  ça c'est du roulage!

Les Amish et l'usine Harley CVO

Le repas à Lancaster (Leola village) offert ce soir par Westforever sera aussi le must du parcours. Des mets dégustation d'une grande finesse où hélas quelques vins accompagnant n'étaient pas la hauteur de l'assiette. De plus avec les 3 millimètres et demi dans le verre on ne risquait pas la débauche. Je pense que la prohibition est encore ancrée dans les mœurs... Nous partons visiter l'usine Harley de York qui comme chacun sait produit les fameuses CVO. Connaissant mon peu de goût pour les CVO et les chromes en général j'y pénétrais sans conviction. La visite s'est avérée instructive avec des chaînes de montage bien organisées et fait étonnant chez les bikers un personnel féminin très présent. Malheureusement interdit de filmer, je prends quelques risques en amenant mon minuscule Casio dans la poche de mon gilet. Comme s'il l'avait deviné je suis scotché par un accompagnateur qui ne me quitte pas des yeux. Connaissant leur humour pour le mythe du secret je fais profil bas.

Orange County Chopper

C'est le treizième jour que je retrouve mes racines avec Orange County Chopper situé à Newburg. Le bâtiment est immense aussi grand que celui d'Arlen Ness à San Francisco mais abritant une nuée de Chops a faire saliver tous les bikes shows de l'hexagone. Ici les concepteurs ont dù sniffer de l'Harpic WC avant de se mettre au boulot. Des engins à thèmes aussi étendus que bigarrés et disparates, mais jamais incohérents. Ils roulent tous, mais quand tu commences a chercher où est le réservoir de carburant ...c'est grave docteur? Un reportage spécial O.C.C. sera mis en ligne dans quelques semaines avec une centaine de photos. Á savoir que O.C.C. abrite une stèle émouvante, composée de 2 chops en hommage aux disparus du 11 septembre.
En face se tenait le palace Hilton, à y être c'est là qu'on a dormi après un apéro géant offert par Mimi. Du coup j'ai compris où était passé ma carte bleue, hihihi !

Retour Boston et fin

Est américain en Harley fin au restaurant

Retour Boston sous des trombes d'eau. On n'y voit plus rien et les noeuds autoroutiers sont très complexes. Les bécanes se lavent toutes seules, un boulot de moins à faire. Par sécurité j'allume mon Garmin. Paradoxalement personne ne se perdra et c'est comme un troupeau fourbu qui regagne son écurie que nous ramenons tous nos bécanes chez Bruce Rossmayer en état. Chapeau! on était vraiment une équipe de champions. C'est chez Pierrot un resto français au top qu'on se retrouve tous pour faire une tentative de suicide aux chardonnay (a volonté). On y trouve de tout chez Pierrot, du pastaga, du pâté, des cornichons, des olives et de la french baguette comme on aime. On se sépare la larme à l'oeil non sans avoir mis notre petite panique en chantant Aznavour à gorge déployée, si si!
Chez Pierrot, bistrot français à Boston. Web: http://www.pierrotbistrot.com/

Conclusion

Hamburger de voyage

Que dire en conclusion sur ce périple de 4200 km. Complètement à l'opposé de l'ouest US, ce trip bucolique nous montre une autre face de nos amis yankees. Des pelouses parfaitement entretenues, des drapeaux étoilés innombrables sur les maisons de bois multicolores, beaucoup de chapelles, pas de clôtures. On y mange très bien, bien mieux que dans l'ouest, mais attention passée 20 h il est rare de se faire servir. Les routes secondaires très sinueuses, un plaisir pour les motards, sont de qualités médiocres et les autoroutes très encombrées, la signalisation par contre excellente. A noter que la température quasi linéaire (24°) évite les chocs thermiques fatigants de l'ouest. La fatigue ne proviendra que de votre habitude à piloter sur de longs trajets sinueux. Les cerises sur le gâteau sont incontestablement le fabuleux St Laurent et ses baleines, le Québec canadien entièrement francophone que j'ai adoré, les chutes du Niagara malgré son tourisme de masse, la plongée dans le monde antique des Amishs, les visites de l'usine C.V.O. d'Harley à York et le non moins spectaculaire. Orange County Chopper à Newburg... 

C'est la fin

Philippe notre guide Westforever

... Suite l'agence alsacienne de Westforever a fait fort sur ce parcours, il n'était pas évident de visiter tout cela en 2 semaines. Les roads book de Philippe notre guide était insolent de clarté et les GPS donc parfaitement inopportuns. L'hôtellerie et la restauration générale choisies toujours remarquables. Un gros Van GMC nous suivait à distance avec outils de dépannage, trousses de secours, nos sacs et valises ainsi que du ravitaillement alimentaire. Je termine par notre équipe, inquiet au départ d'autant de monde :25 avec le guide ramené à 23 au départ. L'inquiétude c'est vite transformée en nirvana tant la sympathie s'est installée rapidement. Bravo donc à vous tous mes amis, sans cet esprit positif ce run n'aurait pas eu cette qualité. Bravo à ceux qui sans avoir l'habitude des grands voyages à moto ont tenu le coup sans rechigner, pas simple. Enfin chapeau à notre guide Philippe et son ardoise magique rien a dire a part des compliments, comme toujours, un excellent pro.

Quelques vidéos collées entres elles ça donne ça

__________

Si ce trip vous a plu faites le en vrai avec l'agence alsacienne de Westforever (pub gratuite) il l'ont rénové et on va en profiter dans quelques temps. Bonne voyage et prenez soin de vous.

Alain et Mireille Klein pour www.tripriders.fr

__________

Mise a jour 2010-2023

Visitez sans accepter

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies